Project

Projet pilote sur l’adoption de mécanismes de traçabilité des minéraux pour batteries

Le projet pilote utilisant les infrastructures de Nouveau Monde Graphite (NMG), a pour objectif de démontrer la faisabilité et l’applicabilité d’un système de traçabilité pour l’extraction et la transformation du graphite.

En novembre 2020, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la région de la Côte-Nord, M. Jonatan Julien annonçait que le Gouvernement du Québec accordait une aide financière de 151 600 $ à la grappe industrielle des véhicules électriques et intelligents, Propulsion Québec, pour la réalisation d’un projet pilote sur l’adoption de mécanismes de traçabilité des minéraux pour batteries. Cet investissement comprend une somme de 131 600 $ du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) ainsi qu’une somme de 20 000 $ d’Investissement Québec (IQ). Le Gouvernement du Canada, par le biais de Ressources naturelles Canada (RNCan), a également contribué au projet à la hauteur de 25 000 $, et ce, en lien avec les priorités stratégiques canadiennes visant à améliorer les décisions d’approvisionnement durable et responsable tout au long des chaînes d’approvisionnement en minéraux essentiels à la transition énergétique. La réalisation de ce projet s’inscrit dans le cadre des orientations du Plan québécois pour la valorisation des minéraux critiques et stratégiques 2020-2025 (PQVMCS), lequel a été dévoilé à la fin d’octobre 2020. Un des objectifs de ce plan gouvernemental est de promouvoir les filières de minéraux critiques et stratégiques (MCS), dont la réalisation d’un projet pilote sur la mise en place d’un système de traçabilité pour les MCS nécessaires à la fabrication des batteries. Le projet pilote utilisant les infrastructures de Nouveau Monde Graphite (NMG), a pour objectif de démontrer la faisabilité et l’applicabilité d’un système de traçabilité pour l’extraction et la transformation du graphite. À terme, un tel système, s’il est adopté plus globalement, permettra à toutes les sociétés minières exploitant des MCS – dont par exemple ceux impliqués dans la fabrication de batteries – et aux producteurs de leurs composantes de démontrer que leur production est respectueuse des principaux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) applicables. Cette façon de faire, en plus de répondre à un objectif du PQVMCS, permettra également de s’harmoniser avec la Stratégie québécoise de développement de la filière des batteries lithium-ion. En outre, ce projet pilote est un premier jalon dans la mise en œuvre d’une initiative de portée mondiale menée par la Global Battery Alliance (GBA), laquelle vise le déploiement d’un mécanisme de traçabilité au sein de l’ensemble de la filière, de la mine jusqu’à la fabrication d’une batterie et son intégration véhiculaire, et ce, dans un contexte où les grands manufacturiers automobiles et leurs consommateurs souhaitent de plus en plus connaître l’origine des produits qu’ils achètent, de même que leur empreinte environnementale et sociale. L’adoption de mécanismes de traçabilité permettra de démontrer la conformité de l’industrie aux normes les plus élevées et la rigueur des pratiques de l’industrie québécoise. Les travaux couverts par ce projet contribueront ainsi à positionner le Québec comme chef de file dans la production responsable de matériaux et composantes pour batteries.

En collaboration avec

Projets similaires

Cette Charte est subordonnée par 13 principes qui se déclinent sous forme de 3 engagements, soit : Garantir les droits de la personne à l’ère numérique; Assurer la primauté de l’intérêt général et du bien commun; Mettre les données au service de l’avenir

La Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, le CIRAIG, Polytechnique Montréal et le CTTÉI, en collaboration avec le CERIEC, ont réalisé un projet de recherche collaboratif visant à évaluer le potentiel de l’économie circulaire sur les réductions des émissions de GES industrielles au Québec.